Progressivement les mesures prises par les autorités togolaises pour limiter la propagation du coronavirus sont en train d’être levées. Ainsi, après « un oui, conditionné » pour  la réouverture des lieux de culte, les universités devraient suivre prochainement.  A cet effet, ce mercredi 08 juillet 2020, le Premier Ministre, Sélom Komi Klassou a échangé les responsables des universités publiques et privées pour faire le point les préparatifs de la reprise prochaine des cours en présentiel dans l’enseignement supérieur.

Les universités publiques se sont concertées et ont convenu qu’au maximum un tiers (1/3) des étudiants pourront fréquenter à la fin le campus. Il y aura des rotations entre les établissements surtout lorsqu’il s’agit de grosses facultés. Les activités vont constituer en cours en présentiel dans les conditions de la distanciation physique pour compléter des cours déjà faits en ligne, pour faire des travaux pratiques et pour faire aussi en présentiel ce qui ne peut pas du tout être fait en ligne, c’est-à-dire, les travaux pratiques et certains cours très techniques.

PM (4ème à partir de gauche) entouré des ministres en charge de l’enseignement supérieur Prof Koffi Akpagana, de la santé Prof Moustafa Mijiyawa

Le retour dans les amphis des étudiants se déroulera dans des conditions particulières. « Les universités publiques se sont concertées et ont convenu qu’au maximum un tiers (1/3) des étudiants pourront fréquenter à la fin le campus. Il y aura des rotations entre les établissements surtout lorsqu’il s’agit de grosses facultés. Les activités vont constituer en cours en présentiel dans les conditions de la distanciation physique pour compléter des cours déjà faits en ligne, pour faire des travaux pratiques et pour faire aussi en présentiel ce qui ne peut pas du tout être fait en ligne, c’est-à-dire, les travaux pratiques et certains cours très techniques. Les activités incluent également les évaluations. Il est possible que certaines évaluations se fassent en ligne mais en général, les évaluations seront faites en présentiel. Il y aura le découpage des effectifs en groupes limités pour occuper les salles pour les cours et les examens en plus des dispositifs de lavage de main », a indiqué Prof Komla Sanda, Président de l’université de Kara.

Les universités privées vont aussi devoir s’adapter. Mais toute idée d’évaluation en ligne est rejetée. « Pour nous, il est indispensable que les évaluations se fassent en présentiel pour des raisons de qualité de la formation, d’éthique, d’excellence professionnelle et surtout pour la crédibilité de nos diplômes. Nous avons déjà bouclé un semestre et nous estimons que le temps restant pour boucler l’année académique dans les conditions satisfaisantes, c’est trois (03) mois », a expliqué Marcel Macy Akakpo, président du Conseil des établissements privés d’enseignement supérieur CEPES, et président du conseil d’administration de ESGIS.

Pour l’instant, aucune date n’a été communiquée pour la reprise des cours. Les étudiants devront se contenter les cours à distance. A noter que la rencontre s’est déroulée en présence du les ministres en charge de l’enseignement supérieur Prof Koffi Akpagana, de la santé Prof Moustafa Mijiyawa et de la Coordination nationale de la riposte contre la Covid-19 au Togo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici