Le 19 novembre 2020  a été célébrée la 20ème édition de la Journée mondiale des toilettes. Au Togo, cette journée est passée quasiment inaperçue. Pourtant, le pays enregistre des chiffres inquiétants en matière d’accès aux sanitaires décents. Les différents projets élaborés ici et là n’ont pas donné les résultats escomptés. 

En effet, selon les chiffres datant de 2017, la population utilisant une toilette améliorée est de 37%. En milieu rural, 74% de la population pratique la défécation à l’air libre (DAL) contre 18% en milieu urbain, avec de fortes disparités qui touchent 30% des populations les plus pauvres. Au total, selon l’Unicef, 51% des togolais défèquent encore à l’air libre.

À défaut de services d’assainissement hygiéniques, les personnes n’ont souvent pas d’autre choix que d’utiliser des toilettes rudimentaires, qu’elles partagent parfois avec de nombreuses familles, ou de déféquer en plein air. Dans le monde, plus de 800 millions de personnes privées de sanitaires, doivent pratiquer la défécation en plein air pour se soulager.

Au total, 4,2 milliards d’entre nous n’ont pas accès à des systèmes d’assainissement salubres, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de toilettes à la maison ou disposent de toilettes qui ne permettent pas une gestion hygiénique des excréments.

Aussi, dans le monde une école sur trois ne dispose-t-elle pas de toilettes, une situation qui s’aggrave pour les filles pendant la période de menstruation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici