Malgré le fait que l’accès à l’eau potable soit reconnu comme un droit de l’Homme depuis 2010, plusieurs togolais n’ont toujours pas accès aujourd’hui à des services d’alimentation domestique en eau potable. Conscient de cette situation, le gouvernement fait de l’accès à l’eau potable un combat majeur.

D’abord très bas en 2015, où il se situait autour de 25% sur le plan national, le taux d’accès à l’eau potable s’est progressivement élevé mais reste insuffisant. Aujourd’hui, le taux d’accès à l’eau potable en zone rurale se situe aux alentours de 70%, un pourcentage que le gouvernement vise à augmenter grâce à une politique d’amélioration croissante d’accès à l’eau potable. « Le gouvernement veut atteindre un accès à l’eau potable de 95% en milieu rural, 85 % en milieu semi-urbain et 75% en zone urbaine d’ici 2025 », renseigne le département de l’eau et de l’hydraulique villageoise.

Pour ce faire, des ouvrages hydrauliques et d’assainissement sont en cours de construction dans les régions togolaises de Centrale, de Kara, de Savanes et Maritime. Ces travaux financés par le gouvernement s’inscrivent dans le cadre des démarches entreprises par le Togo afin d’atteindre le sixième Objectif de Développement durable (ODD), pour un accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable, d’ici 2030. Il s’agit de la construction des forages équipés de pompes à motricité humaine, des mini- adductions d’eau, des bornes fontaines et des châteaux d’eau.

Une volonté qu’il faudra concrétiser sans perdre de temps. Puisque, l’accès à l’eau potable reste hors d’atteinte pour une bonne partie de la population togolaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici