La journée du 05 mai 2021 restera à jamais graver dans la mémoire des populations de Djakpémé, une localité située à dizaine de Kilomètres de Vogan. En effet, en ce jour, a été inauguré le centre de santé dudit village, une œuvre de l’Ong AIMES-AFRIQUE. Depuis plusieurs années, pour se soigner les populations étaient obligées de parcourir de nombreux kilomètres.  

« Amener l’hôpital vers la population », telle est la mission, que l’Association Internationale des Médecins pour la promotion de l’Education et la Santé en Afrique (AIMES-AFRIQUE) s’est assignée depuis plusieurs années. Fort de cet engagement, les responsables de cette organisation travaillent d’arrache-pied pour un accès équitable aux soins de santé particulièrement en milieu rural. Et dans le cadre de son Projet Villes-Santé, AIMES-AFRIQUE a décidé de construire à Djakplémé un centre de santé flambant neuf.

coupure du ruban

L’infrastructure baptisée Muhammad AMSA*, un nourrisson de 9 mois soufrant d’une maladie chronique depuis plus de six mois prise en charge par AIMES-AFRIQUE, décédée vingt-quatre heures plus tôt,   est composée de salles d’accouchement, de soins, d’hospitalisation et d’un espace de vaccination.

*”Muhammad AMSA vivait dans le village de Kazaboua dans la préfecture de Sotouboua, sans prise en charge depuis 6 mois. Vu et référé très tard, pour sa fistule ileo-scrotale droite sur hernie inguino scrotale étranglée avec nécroses d’anses (intestins nécrosés) associée à une volumineuse hernie ombilicale sans soins. La télévision SOS DOCTEUR TV (créée par AIMES AFRIQUE) à travers son émission SINAM-HONAM DOCTEUR a accepté l’accompagnement du nourrisson Muhammad AMSA. Il a été opéré, une résection anastomose d’anses plus fermeture du canal péritonéo vaginale droit et cure herniaire ombilicale avec ombilicoplastie.   L’opération fut laborieuse et longue selon les médecins, chirurgiens pédiatres de haut niveau. Malheureusement, le petit AMSA est décédé  dans les suites opératoires”

Alimentée en énergie solaire, elle est dotée des matériels de pointe pour une prise en charge efficace des patients en particulier les enfants. « Lorsque nous avons visité ce village, il y a 5 ans, nous avons constaté qu’il n’avait aucune infrastructure de base. Depuis, nous avons pu le doter d’une école, d’une cantine scolaire, d’un forage et aujourd’hui d’un centre de santé. Un village comme Djakplémé ne peut ne pas avoir une structure de santé qui réponde aux besoins des populations notamment les couches vulnérables », a expliqué Dr Michel KODOM, Président Fondateur de l’ONG AIMES-AFRIQUE qui parraine également des élèves dans ce village. « Je suis contente de cette infrastructure. Elle dépasse mes attentes. C’est très jolie, cela donnera envie aux populations de se faire soigner », a renchéri Mme Margaret KOPP, Président de Aktion Pit Togohilfe, partenaire de AIMES-AFRIQUE.

 « La construction de ce centre est la réponse au besoin exprimé par la population », a souligné Dr Kafui AKAKPO, Directrice préfectorale de la santé de Vo, avant d’ajouter « qu’elle permet de renforcer la couverture sanitaire de Djakpémé ».

Dans le cadre du Projet Villes-Santé, Djakplémé est le premier village à bénéficier d’un centre de santé entièrement construit. « Nous aurons à construire d’autres centres de santé en se basant sur l’expérience de Djakpémé », a annoncé le Président Fondateur de AIMES-AFRIQUE.

A cet effet, les populations ont été appelées à prendre soin de ce joyau. Joignant leurs paroles, le Préfet de Vo, Leguede Kokou et le chef du village de Djakplémé, Togobui Akoesso Doméfa ont rassuré quant au bon usage de cette infrastructure. Ils sont également saisi l’occasion pour adresser leur reconnaissance à AIMES-AFRIQUE et ses partenaires.

Mise en terre des plants

La santé et l’environnement étant liés, les autorités présentes à cette inauguration dont l’adjoint au maire Vo4  et le vice-président de Aktion Pit Togohilfe, ont mis plusieurs plants à terre. Pour la protection de l’écosystème, plus d’un millier d’arbres sont mis en terre chaque année. D’autres actions de AIMES-AFRIQUE notamment des foyers améliorés et la cantine scolaire ont également été l’objet d’une visite.

La cantine scolaire initiée par AIMES-AFRIQUE

Lancée depuis septembre 2018, le projet « Villes Santé » initié par AIMES AFRIQUE et appuyé par la BMZ et Aktion Pit Togohilfe est mis en œuvre dans cinq grandes villes du pays à raison d’une ville par région. Il s’agit de Vogan, Kpalimé, Sotouboua, Mango et Kara. Le projet comporte 5 composantes à savoir : les formations et le renforcement des capacités des acteurs de la santé y compris les médecins traditionnels, les missions médico-chirurgicales foraines gratuites, les campagnes de sensibilisation et de promotion de l’Education pour la santé sur les mass médias, la mise en place de mutuelles de santé et la caravane Cinéma Santé Mobile : projection de messages de santé publique dans les villages et cantons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici