Depuis lundi dernier, une délégation du  Commonwealth, l’organisation intergouvernementale anglophone, séjourne au Togo. Troisième du genre depuis le lancement du processus d’adhésion du Togo à l’organisation en 2014, cette mission est consacrée à des évaluations et des consultations.

A cet effet, la délégation du  Commonwealth échange avec les autorités du pays, les acteurs de la société civile et certains acteurs politiques. Pour le Togo, l’adhésion à cette organisations ne opportunité pour diversifier ses relations avec les autres pays et entités du monde. « Le Commonwealth, c’est surtout un marché de deux milliards de consommateurs », a rappelé le Directeur de cabinet du Ministère de la communication, Franck Missité. Mais ce n’est pas tout.

En effet, il faut savoir que les citoyens des 54 pays, que regroupent l’organisation, ne se considèrent pas comme étrangers les uns aux autres, de ce fait et sur le plan diplomatique, les Etats membres ne s’envoient pas d’ambassadeurs mais des « hauts commissaires » qui représentent le gouvernement et non pas le chef d’Etat (qui est souvent la reine par ailleurs).

De la même manière, si un citoyen du Commonwealth se trouve dans un pays où il n’a pas de représentation diplomatique, il peut s’adresser à l’assistance consulaire britannique, s’il y en a une. L’organisation offre aussi une tribune intéressante aux gouvernements des membres les moins riches pour négocier des accords bilatéraux avec des pays plus développés.

Ainsi, tous les deux ans, l’ensemble des chefs de gouvernement du Commonwealth se retrouvent lors du «Commonwealth Heads of Government Meeting» , une réunion qui n’a aucun enjeu, si ce n’est les entretiens privés qui se tiennent en marge du sommet.

Par ailleurs, le Commonwealth joue un rôle important pour le progrès social et économique de ses membres. L’association des pays du Commonwealth crée donc des programmes de solidarité et de coopération internationale pour aider les petits États membres.

Toutefois, selon certains spécialistes, le Commonwealth est peut-être la plus étrange des organisations internationales au monde. Y appartenir n’apporte aucun avantage commercial, aucune baisse des droits de douane, aucun accord de coopération civil ou militaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici