Dans le nouveau gouvernement, des objectifs précis ont été fixés à chaque département. Ces objectifs doivent être atteints d’ici 2025. En ce qui concerne le ministère de l’environnement et des ressources forestières, il a été demandé au Ministre FOLI-BAZI Katari de mobiliser les ressources nécessaires pour financer la formulation des programmes relatifs au projet 35 qui porte sur la réponse  aux risques climatiques, le projet 36 qui est axé sur la mobilité verte  et la réforme 6 sur la législation environnementale.

Plus précisément, il est question d’étendre « des ressources forestières pour atteindre un taux de couverture forestière de 25% soit le quart du territoire national, au moins 43000 ha de nouvelles plantations doivent être réalisées soit une extension de 0,76% », indique le ministère de l’environnement et des ressources forestières.  « Un autre défi pour le ministère et qui fait partie de ses engagements, est de pouvoir protéger au moins 90% de la côte contre l’érosion côtière.  Toujours dans les engagements et plus précisément sur la mobilité verte, le Togo doit avoir au moins 3% de véhicules électriques de son parc automobile d’ici à 2025. Plusieurs textes juridiques et législatifs protégeant l’environnement seront rédigés et adoptés également selon cette feuille de route », ont expliqué les responsables dudit Ministère.

Pour atteindre les objectifs susmentionnés, « le pays a pu mobiliser certains mais beaucoup reste à rechercher. Comme c’est le cas du P35 où, sur 436 150 000 FCFA seul le montant de 100 000 000 FCFA est acquis et 336 150 000 FCFA reste à mobiliser de même pour le P36 sur 600 000 000, seulement 320 956 200  sont disponibles ».  En résumé, le ministère de l’environnement et des ressources forestières cherche plus de 600 000 000 francs CFA.

Pour trouver ce financement, le Ministre de l’environnement s’est tourné vers les partenaires techniques et financiers. Une rencontre regroupant notamment l’Union Européenne, la Banque Mondiale, le Programme des Nations Unies pour le Développement, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), la GIZ, la Banque Ouest Africaine pour le Développement, la Banque d’Investissement et de Développement de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’Agence Française de Développement et le Patronat togolais s’est tenue le 22 juillet dernier. Au terme des échanges de  « nombreux partenaires ont promis leur accompagnement », explique le le ministère de l’environnement et des ressources forestières.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here