Au Togo, le taux de grossesses précoces en milieu scolaire bat tous les records. Toutes les régions du pays sont touchées. Au CEG Attiégou, un établissement scolaire public, situé dans la banlieue nord-est de Lomé, des grossesses précoces ont été détectées après moins de deux mois après la rentrée scolaire.

L’information a été communiquée par la directrice de l’établissement aux parents d’élèves au cours d’une réunion tenue  ce mardi. Selon notre source, elle n’a pas souhaité révéler les chiffres exacts.« Avec le système du double flux, les enfants quittent la maison en nous faisant croire qu’ils vont à l’école. C’est pour aller faire des bêtises », a confié un parent d’élève encore sous le choc. Selon les informations, la directrice du CEG Attiégou a demandé aux parents d’être plus regardant sur les emplois du temps de leurs enfants et surtout de s’approcher de l’école en cas de doute.

En rappel, en mai dernier, une enquête des autorités togolaises avec l’appui de l’UNICEF et la Banque mondiale révèle que plus de 1.200 grossesses non désirées ont été enregistrées en l’espace de six mois dans les collèges et lycées publics du pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here