Mettre en place des mutuelles de santé (MUSA) pour faciliter l’accès aux soins dans les milieux ruraux. Voilà, l’un des objectifs sur lequel, l’Association Internationale des Médecins pour la promotion de l’Education et la Santé en Afrique (AIMES-AFRIQUE) travaille depuis quelques années. En effet, l’une des composantes du projet VILLES-SANTE TOGO lancé en 2018 par l’organisation présidée par Dr Michel KODOM est consacrée aux mutuelles de santé.

Pour réaliser pleinement cet objectif, AIMES-AFRIQUE outille les bénéficiaires sur les implications. C’est ainsi que les leaders des 10 villages  à savoir  Timbou, Ataloté, Takpamba, Fazao, Dzamdè, Tchifama, Kuma-Apoti, Illico, Dzegbakondi et Djakpémé ont été formés sur l’agroforesterie. Une pratique qui va leur permettre dans le contexte des changements climatiques d’augmenter leur revenu. A la suite de cette formation, l’organisation a entamé depuis le 17 novembre grâce à l’appui  de la Fondation Hanns Seidel, une série de formation sur les coopératives agricoles. Pour Motto Yao Elom en charge de l’axe développement communautaire à AIMES-AFRIQUE, cette formation fait suite donc à la précédente étape qui consistait à installer ou formaliser les sociétés coopératives dans les 10 villages partenaires. «Il est question de les rendre plus compétitives sur le marché ».

Après les villages situés au nord du pays du 17 au 19 novembre à Kara, le cap a été mis sur les localités du sud. C’est ainsi que du 22 au 24 à Kpalimé, les leaders communautaires de cinq villages en l’occurrence, Tchifama, Kuma-Apoti, Illico, Dzegbakondi et Djakpémé sont à leur tour outillés sur l’Optimisation du fonctionnement des coopératives agricoles. Concrètement, ils sont formés sur l’importance et utilité de l’agroforesterie dans les activités de coopératives agricoles, l’importance du genre dans une coopérative, la gestion administrative, technique et financière d’une coopérative et la culture entrepreneuriale et la planification familiale en milieu rural. Il s’agit en fin de compte de leur permettre d’améliorer leur revenu pour une meilleure participation à la création des mutuelles de santé. « Le but poursuivi par la mise en place des mutuelles de santé est de faciliter l’accès aux services de soins de santé aux populations vulnérables », on fait savoir les responsables de AIMES-AFRIQUE.

En rappel, une mutuelle de santé pilote a été installée à Kouma-Apoti en juin 2020.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here