La mise en place de la Vision 2050 vient en remplacement de la Vision 2020 qui avait été adoptée par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement en juin 2007. La vision 2020 ambitionnait de faire passer « d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples. »

Cette vision s’est avérée être le premier exercice véritable de prospection et de planification régionale. Des acquis notables sont observés, mais des défis persistants demeurent. C’est dans ce contexte que la Commission de la CEDEAO a décidé de développer le document de perspectives Vision 2050. La « vision 2050 » est un plan qui traduit le projet de société commun dont les Etats membres de la CEDEAO se fixent d’implémenter d’ici à 2050.

L’objectif principal à atteindre et qui a conduit les chefs d’Etats et de gouvernement à porter la CEDEAO sur les fronts baptismaux, est le rapprochement des peuples de la sous-région en vue d’une intégration parfaite qui élimine les frontières physiques séparant des populations qui partagent des cultures et une histoire communes. L’acte que viennent de poser les parlementaires du Parlements de la CEDEAO, est le grand coup d’accélération attendu.

Ce projet de vie communautaire se construit sur cinq piliers : paix, sécurité et stabilité ; gouvernance et état de droit ; intégration économique et interconnectivité ; transformation et développement inclusif durable ; inclusion sociale.

Au-delà de ces cinq principaux piliers, les ambitions de la CEDEAO à travers la VIsion 2050, visent également des thématiques transversales attenantes au genre, à l’employabilité des jeunes, à la digitalisation, au changement climatique et au renforcement des capacités.

Il faut donc un leadership et une volonté politique très accrus, de la solidarité et de la complémentarité pour des résultats efficients et durables.

Source : msn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here