Comme tous les 28 juillet, demain jeudi sera célébré la journée mondiale contre l’hépatite. L’occasion de revenir sur cette maladie dont on parle peu mais qui fait des milliers de victimes en Afrique chaque année.  

Une hépatite est une inflammation du foie causée par des substances toxiques, ou par des virus (majorité des cas). A ce jour, 5 virus provoquant une infection ciblée et une inflammation du foie ont été identifiés. Ces virus, désignés par les lettres A, B, C, D, et E, diffèrent par leur mode de transmission (féco-orale pour les virus A et E ; parentérale pour les virus B et C) et leur agressivité. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’hépatite cause environ 125 000 décès en Afrique tous les ans, « malgré la disponibilité des traitements.

« Plus de 90 millions de personnes vivent avec une hépatite en Afrique, soit 26 % des personnes souffrant de cette maladie à l’échelle mondiale. Malheureusement, du fait de l’absence de symptômes, la maladie est généralement détectée lorsqu’il est trop tard pour envisager un traitement, et elle entraîne des décès pourtant évitables », souligne l’OMS.

A titre d’exemple, seulement 2 % des personnes vivant avec l’hépatite B en Afrique connaissent leur statut et moins de 1 % reçoivent un traitement. Dans le cas de l’hépatite C, seulement 5 % des patients connaissent leur statut, avec un taux de traitement alarmant de 0 %.

Au Togo des études réalisées dans trois centres hospitaliers révèlent une prévalence allant jusqu’à 14% sur 1050 personnes dépistées. Malgré ce taux élevé de porteurs du virus de l’hépatite B, il n’existe pas de protocole de prévention auprès de la population générale ni de prise en charge des personnes porteuses d’une hépatite B chronique.

« Hépatite B : plus de 257 millions de porteurs chroniques (pouvant transmettre le virus), et plus de 887 000 décès annuels. Hépatite C : de 71 millions de porteurs chroniques dans le monde, et près de 399 000 décès annuels ».

www.pasteur.fr

Le virus de l’hépatite B se transmet par tous les liquides et sécrétions biologiques, le plus souvent par le sang et par contact sexuel. L’hépatite B est considérée comme une maladie infectieuse extrêmement contagieuse : le virus de l’hépatite B est 50 à 100 fois plus infectieux que celui du SIDA. Les principales voies de transmission sont la transmission de la mère à l’enfant pendant l’accouchement, le contact étroit avec une personne infectée, les contacts sexuels, les injections (toxicomanie) et les transfusions à risques.

A ce jour, la vaccination contre l’hépatite reste la principale mesure fiable pour prévenir la contamination.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here