Année scolaire 2022-2023 : Le ministre Kokoroko ne veut pas entendre parler de grossesses précoces

0
111
Image utilisée à titre d'illustration

Un peu plus de trois millions d’élèves ont repris depuis lundi  le chemin des écoles. A cette occasion, Professeur Dodzi Komla KOKOROKO, Ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, a adressé un message aux acteurs du système éducatif togolais.

Selon le ministre Kokoroko, le gouvernement togolais continuera « d’œuvrer afin de bâtir des hommes et des infrastructures, de développer le service public de l’éducation de qualité, de réaliser la carte scolaire et de donner une chance de réussite à tous ».

Pour terminer ses propos, il a souhaité à tous les acteurs « une année paisible » et « zéro grossesse précoce ». Il faut dire que ces dernières, la question des grossesses précoce en milieu scolaire devient préoccupante. Entre septembre 2020 et mars 2021, une enquête direction de la Planification de l’éducation en collaboration avec l’UNICEF et la Banque mondiale a recensé 1.222 cas de grossesses en milieu scolaire.

Actuellement, un avant-projet de loi relative à la protection des élèves contre les violences à caractère sexuel est en étude. A travers cette nouvelle loi, les autorités togolaises veulent éradiquer les violences sexuelles et les grossesses précoces en milieu scolaire en mettant notamment l’accent sur la répression.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here