Togo: Le diabète fait des ravages

0
164

Maladie liée à une défaillance du pancréas, le diabète touche des milliers de personnes au Togo. Selon les médecins, la prévalence de cette maladie ne cesse d’augmenter dans le pays.

Au Togo, le diabète continue de faire des victimes. De 2,6% en 2010, le taux de diabétiques est passé à 6% en 2021.  Pour Dr Kodjo Kossi Serge, diabétologue et nutritionniste, le diabète « c’est une des premières pandémies de maladie non contagieuse dans l’histoire de l’humanité. Et ça fait peur. Il faut agir. Il faut faire quelque chose ». Surpoids, manque d’activité physique et modification des habitudes alimentaires… Le diabète trouve son origine dans différents facteurs extérieurs et environnementaux. Le facteur héréditaire joue également un rôle important dans le déclenchement du diabète : un enfant ayant un parent diabétique a une chance sur trois de développer la maladie. Lorsque les deux parents sont diabétiques, le risque atteint 50 %.

En 2018, 3 à 5% de la population togolaise adulte serait atteinte de diabète, selon les chiffres publiés par le ministère togolais de la Santé. Mais la réalité serait tout autre. « 90% des Togolais n’ont en tout cas jamais réalisé de tests de glycémie, ce qui explique l’absence de statistiques fiables », explique des sources médicales.

Alors que la situation devient de plus en plus alarmante, les médecins appellent à des actions fortes pour un diagnostic précoce de la maladie.  « L’ignorance tue, si beaucoup avaient eu plus d’informations, le pire aurait pu être évité », a fait savoir Dr Kodjo. Et d’ajouter que, « dans nos pays en voie de développement, il faut adopter une approche préventive ».

Selon une nouvelle analyse de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), seules 46 % des personnes diabétiques dans la Région africaine connaissent leur statut. « Ceci augmente le risque de maladie grave et de décès et aggrave la situation dans la Région qui affiche déjà les taux de mortalité dus à la maladie les plus élevés », a souligné l’Oms-Afrique.

Et de souligner que « dans la Région africaine, le manque de structures et d’équipements de dépistage, un nombre inadéquat de personnel de santé formé, l’accès insuffisant aux établissements de santé et le manque de sensibilisation au diabète constituent certains des obstacles au dépistage du diabète ». « Actuellement, 24 millions d’adultes vivent avec le diabète en Afrique. Ce nombre devrait augmenter de 129 %, pour passer à 55 millions de personnes d’ici à 2045 », indique l’organisation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here